IMG_20190615_203739 (2)


Bases d'un jardin écologique :


Conserver des espèces spontanées : elles présentent généralement un intérêt dans les chaînes alimentaires ou fournissent un biotope adapté à la faune.

Ne pas éliminer les vieilles souches et vieux arbres qui constituent un milieu de vie essentiel.

Planter des végétaux à fort potentiel nourricier (plantes mellifères, à baies, refuges) et adaptés au micro-climat du jardin.

Éviter les plantations monospécifiques, par exemple une haie d'une seule espèce et éviter les cultivars horticoles dont les fleurs très modifiées ne permettent pas le butinage.

Disposer des paillis d'herbes sèches, de branchages, d'éboulis de pierres dans des zones peu fréquentées par les utilisateurs du jardin.

Ne pas tailler les hampes florales, tiges creuses ... à l'automne. Elles abritent et protègent quantité d'insectes et autres arthropodes.

Éviter les travaux du sol à chaque fois que cela est possible, surtout ceux entraînant de fortes dégradations du milieu de vie des animaux (champignons, insectes, bactéries du sol).

Ne jamais éliminer les matières organiques produites dans le jardin (feuilles, tontes, branchages) mais les recycler en leur permettant d'intégrer le cycle de la matière (amendement organique).

Pratiquer le paillage vivant (plantes tapissantes) ou organique (pailles, broyats de végétaux) de façon quasi systématique lors de nouvelles plantations ou à l'occasion de l'entretien du jardin.

Et observer, reconnaître la faune utile telle que les larves de coccinelles, de syrphes ...